Vos témoignages

 

Une vie en blouse part 3 - 05/12/2013 par Syonboullen

 

Les murs étaient couverts de livres reliés plein cuir dont les titres pour beaucoup ne m’évoquaient rien. Devant mon œil interrogateur, Véronique m’expliqua qu’ils contenaient tous le mot blouse au moins une fois et donnait une description de femmes ou hommes en blouse. A vous de mettre la main sur le passage qui excitait votre imaginaire.

Il y avait là une collection complète des catalogues de vente par correspondance des années soixante. Elle me dit :  « le site que vous consultez en offre quelques pages ; ici vous avez la collection complète. Elles sont toutes répertoriées et nous avons une collection unique de chaque blouse nylon dans presque toutes les tailles. 

Nous travaillons à une collection numérisée en vidéo pour faire revivre ces modèles. Peut-être Malka vous apporterez- nous votre concours ? »

J’avais l’impression  d’entendre des amoureux des Corvettes parler de leurs bolides ; je revenais des Etats unis et j’avais fait un papier là dessus.

Elle me présenta à la responsable de la bibliothèque qui portait la même blouse blanche ornée du sigle du Centre. Elle m’expliqua le fonctionnement des prêts ainsi que la façon de choisir films ou vidéos mettant en scène la blouse nylon. De larges écrans LED étaient d’ailleurs disposés. Deux d’entre eux diffusaient en boucle ce qui avait du être une réunion d’initiés.

Je m’installai devant un ordinateur. Je cliquai sur Catalogue La Redoute, puis au hasard sur un modèle de blouse classique, bleue et longue de ces années là. J’optais pour la vidéo.

Des archives de l’INA permettaient d’admirer les employées en blouse à différents moments de leur journée de travail, non seulement à la Poste ou à la SNCF mais dans des usines.

Des hyper liens renvoyaient aux scènes de film concernant le même modèle.

Sans doute une scène du « Boucher » avec Stéphane Audran en institutrice.

L’écran plat était du dernier cri. Je n’en avais pas de pareil à la rédaction et pensais en moi-même venir m’installer là pour écrire mes articles.

Véronique dut lire dans mes pensées. « Vous savez Malka plusieurs habitués viennent travailler ici, c’est tout à fait possible….nous garantissons la garde robe dit-elle en éclatant de rire… »

Je me souvins alors que j’étais moi aussi en blouse et la prit par le bras. Le froissement de nos deux étoffes me fit une sensation étrange, de celle dont on a oublié et qui vous revienne furieusement à l’improviste.

Constatant mon émotion, elle ne s’appesantit pas et me conduit vers une exposition de blouses. Le responsable, un homme jeune qui ne pouvait pas avoir connu cette époque, portait lui une blouse masculine en nylon, longue et bleue marine. Les poils de sa poitrine dépassaient du vêtement, indiquant qu’il ne portait rien d’autre. J’étais troublée plus que je ne l’imaginais.  Je pensais que nous étions qu’entre femmes et me sentis gênée de ma propre tenue. Il dut lire lui aussi mon étonnement et me dit : « vous portez la blouse à merveille et je ne connais pas de vêtement qui puisse vous mettre mieux en valeur. » J’avais lu cela sur le site, une apologie de la femme en blouse mais «  en live », c’est autre chose.

Il m’expliqua que l’exposition changeait tous les mois et qu’un thème particulier était choisi.

Ce n’était pas une simple vitrine de mode. Les blouses étaient arrangées sur des mannequins de couturier et mettait en situation les vêtements fétiches.

Il me présenta son collaborateur, un homme plus âgé que lui mais qui portait une blouse nylon blanche de femme ! J’allai de surprise en surprise…

 

 


 


unevieenblouse@free.fr

UneVieEnBlouse sur : Facebook
Histoire | Fibres | Tissus | Marques | Formes/Couleurs/Motifs | Utilisateurs | Catalogue anciens | Adresses/Liens | Autres langues | Films | Textes/Témoignages | Galerie | Pour ou contre