Vos témoignages

 

Souvenirs de collège - 22/01/2013 par Isabelle

J’ai fréquenté un collège dans un bourg du nord-est de la France, jusqu’à la troisième où la blouse était obligatoire. Je me souviens de quelques blouses que j’ai portées ces années avant de passer à la blouse de coiffeuse. Tout d’abord une blouse nylon écossaise rouge avec un col cravate des boutons dorés, des manches longues poignets boutonnés et une ceinture avec une boucle dorée, puis une blouse à fleurs en nylon à dominante marron boutonnées sur le côté, col en v et une blouse nylon orange ras du cou boutonnées par de gros boutons en plastique blanc.

Personnellement je portais ces blouses, comme tout le monde à l’époque c’était dans les mœurs, mais je dois dire que je les choisissais à la mercerie du village avec attention et je me trouvais belle avec. J’enfilais ma blouse avant de partir à l’école distante d’un kilomètre, je revenais à midi avec mais ne la gardais pas pour manger puis je la remettais pour l’après midi et la gardais pour faire mes devoir le soir. Pour aider aux travaux ménager à la maison j’avais une blouse ne nylon bordeaux col Claudine bordé de blanc ainsi que le haut des poches. Je ne me rappelle plus d’où venait celle-ci. C’est vrai que quand j’y repense, j’ai eu un petit ami en fin de troisième et je me rappelle bien de sa blouse en nylon marron avec une martingale. J’ai aussi quelques souvenirs de profs en blouses.

C’est drôle plus je repense à cette période scolaire, des souvenirs nets me reviennent. Certaines de mes camarades commandaient leurs blouses par catalogue, une amie toujours coquette et qui trouvait que la blouse cachait ces jolis vêtements avait commandé à la Redoute une chasuble courte en nylon jaune, bordée de marine à larges emmanchures, fermée au dos par des velcros, cela lui allait bien. Nous avions des profs masculins qui portaient des blouses nylon col tailleurs, martingale au dos (verte pour le prof de français, qui mettait toujours sa pipe dans la poche poitrine) pour les autres je ne me rappelle pas. Par contre nous avions une jeune femme en biologie qui portait soit une blouse blanche en nylon classique, boutonnée devant, col tailleur, poche poitrine ou une blouse blanche nylon ¾ boutonnée sur le côté par des boutons bleus, le coté de la blouse et le bas des manches ¾ ornées d’un volant bordé de bleu marine. Une autre jeune femme prof d’histoire géo, portait soit une blouse nylon rouge zippée devant, le col et les poches bordée de blanc soit une blouse nylon blanche boutonnée dans le dos très cintrée. Je vois encore une fois sa collègue lui boutonner au dos dans la salle des profs.

Lors de ma scolarité, j’ai toujours traité mes blouses avec soins, ce qui n’était pas le cas de toutes les filles qui n’acceptaient pas d’être obligée de les revêtir, plus par esprit rebelle et de contradiction si cher aux Français que de gêne occasionnée par le vêtement, et à ce titre n’hésitait pas à les maculer voir les déchirer le jour des grandes vacances. A l’époque, si ce n’est réellement de plaisir j’ai toujours porté la blouse avec coquetterie, m’y suis sentie bien, plus tard même en tirant une certaine fierté dans mes blouses de coiffeuse, et admirée les jolies femmes avec une belle blouse bien propre même sobre. Même quand pendant mes dernières années de coiffure, je portais des blouses en polyester et coton (travaillant dans le paramédical aujourd’hui, j’en porte encore de façon passagère), je les ai toujours choisies avec soins.

Même si le contact du nylon procure une certaine sensation, je pense que pour nous femmes, il est comparable à nos dessous en polyester voir nos déshabillés ou peignoir. Je serai moi personnellement plus sensible à la forme de la blouse par elle-même et à ce qu’elle représente, féminité, profession. Par contre je dois dire que lorsque j’étais coiffeuse, je n’ai coiffé pratiquement que des femmes et j’en ai vu frissonner et rougir emballée dans de grands peignoirs en nylon et croyez-moi, ce n’était ni de froid ni de honte.

Maintenant que toutes ces blouses ont pratiquement disparues, je dois avouer (j’ai quelques blouses nylon et peignoirs à la maison), il m’arrive dans l’intimité de me retrouver en blouse nylon et recouverte en plus d’un peignoir en nylon, sans que ce soit le 7° ciel, le plaisir est là. J’espère que d’autres femmes témoigneront sur le site, cela m’intéresse beaucoup.

Quand à vous messieurs ne trouvez-vous pas simplement dans la blouse, le plaisir de porter un vêtement féminin, car vous êtes peu nombreux à parler de blouse nylon homme, j’aimerais aussi votre avis la dessus. Je dois vous dire qu’un barbu en peignoir de coiffure rose je trouve cela un peu tarte…

 

 

 

Les commentaires à caractères pornographiques, pédophiles et violents seront sujets à être retirés du site!

Merci donc de ne pas les écrire!!!

 

 


 


unevieenblouse@free.fr

UneVieEnBlouse sur : Facebook
Histoire | Fibres | Tissus | Marques | Formes/Couleurs/Motifs | Utilisateurs | Catalogue anciens | Adresses/Liens | Autres langues | Films | Textes/Témoignages | Galerie | Pour ou contre